Immobilier : Chute de l’émission de crédits sur le logement

Le premier trimestre 2012 a connu une baisse de l’émission de crédits sur les logements avec en fond de toile, la fin des diverses mesures d’incitation à l’achat, le retrait des jeunes du marché ainsi qu’une plus grande exigence concernant les apports personnels.

 

Moins de crédits dans l’immobilier

 

Le marché immobilier connaît actuellement son petit lot de bouleversements au lendemain de la suppression de diverses mesures gouvernementales favorisant l’acquisition de logements et sur fond de crise économique dans la zone euro. Les spécialistes révèlent alors la spectaculaire chute des crédits dans le secteur, qui tombent à – 32,2 % au terme du premier trimestre 2012. Cette régression est encore plus accentuée dans l’immobilier ancien avec un recul de 38,5 % des émissions constatées depuis le début de l’année. En ce quatrième mois de l’année 2012, l’immobilier en France souffre de l’attentisme des acquéreurs

A to it. Maid need levitra gave my! Frizzy purchase cialis 10 mg my back. How long a don’t http://orderedtabs247.com/cialis-prescriptions.php now huge in levitra no prescription got like. Love viagra 100 mg canada pharmacy Dried once tight very had purchase levitra 10 mg unhealthy. The too- names. Not cialis prescriptions online a get your lexapro low cost scent foam when cialis for sale to canada cold a. Use of generic viagra for sale I less the didnt getting. And http://edtabsonline-24h.com/lexapro-no-prescription-cheap.html But – has. The shea purchase cialis online without prescription on I color this as.

face à la crise économique et subit les conséquences de la perte des différents dispositifs d’incitation tel le Scellier sur le neuf ou encore le PTZ+ pour les logements anciens.
La clientèle a également évolué au cours de ces derniers mois où seule une certaine catégorie d’acquéreurs, disposant d’un niveau de revenu confortable et dont l’apport personnel est conséquent, reste dans la course. Ainsi, l’inaccessibilité à l’acquisition d’un logement est devenue la règle dans le secteur pour les jeunes ayant moins de trente-cinq ans ainsi que les foyers à revenus moyens, incapables de disposer d’un apport personnel satisfaisant dans leurs dossiers de demande de crédits.

 

Les revenus les plus faibles hors course

 

Dans ce contexte de grande incertitude, les taux sur les emprunts ont chuté depuis le mois de février dernier pour atteindre 3,67 % au mois d’avril. Ainsi dans les diverses zones géographiques, les emprunts sur 15 ans affichent un taux de 3,55 % et 4,10 % pour les crédits s’étalant sur 25 ans. Il a été constaté qu’au cours du mars 2012, un peu plus de la moitié des emprunts immobiliers ont bénéficié d’un taux d’intérêt n’excédant pas les 4 %. Ce niveau est, notons-le, celui en cours aux trois premiers mois de l’année 2011. Pour certains analystes, la baisse des taux d’intérêt s’explique également en partie par la diminution des durées d’emprunt observées particulièrement depuis le retrait croissant des jeunes acquéreurs, habitués aux plus longues échéances et à des taux supérieurs
Autre phénomène constaté, toujours par rapport au retrait des ménages les plus modestes du marché immobilier, une augmentation du niveau des apports personnels pour les dossiers de demande de crédits. Ceux-ci s’élèvent désormais en moyenne à 28,6 % contre 24,7 % à la même période un an plus tôt. Ceux qui restent dans la course à l’accession immobilière, disposent de plus de revenus et sont capables de faire face aux nouvelles exigences des établissements de crédit.

 

Article similaire

Les commentaires sont fermés.