Le prix de l’immobilier par secteur géographique en France

Les sondages ont bel et bien prouvé que le prix de l’immobilier ancien, des appartements et des maisons a baissé en France. Face à la crise, les promoteurs se voient obliger de proposer des prix plus attractifs, et d’adapter leurs tarifs aux enveloppes de leurs clients.

Ile de France et centre de l’Hexagone

La dernière note de conjoncture, publiée par les Notaires de France, montre que les prix des maisons ont baissé de -2 % au troisième trimestre de 2013. Pour les appartements et l’immobilier ancien, les baisses sont respectivement de -1,3 et -1,7 %. La diminution des prix est plus poussée dans certaines provinces que dans la région parisienne. En Île-de-France, les prix des maisons ont reculé de -0,4 %, ceux des appartements de -1,5 % et ceux des logements anciens de -1,2 % ; le prix du m² étant actuellement à 8260 €. À Tours et Orléans, la diminution des prix est forte, plus qu’en région parisienne. En effet, à Orléans le prix moyen du m² est de 2000 €, ce qui traduit une chute des tarifs de -4,4 %. À Tours, le m² coûte maintenant 2230 €, pour une baisse de -4,1 %.

Une chute minime dans le Nord-Ouest

Sur un grand portail d’annonces comme Logic-Immo, les agences immobilières de Brest peuvent recenser des demeures en bon état pour un prix relativement bas. Il faut dire que le nord-ouest de la France a toujours préservé le prix de son immobilier à des tarifs raisonnables. Le prix moyen du m² à Brest, en février 2014, est compris entre 1600 et 1990 €. Dans la ville, le prix médian des ventes de maisons anciennes s’élève à 170 000 €. Ce qui est relativement bas, comparé à Angers où le prix de l’immobilier ancien s’élève à  215 000 €. À Caen, le prix médian du m² est à 2090 €, pour une légère diminution de -1,1 %. À Nantes, le prix de l’immobilier s’est replié à -2,5 %, avec un prix du m² à 2600 €.

Résultat contrasté dans le Sud-Ouest

À Bordeaux et à Bayonne, la baisse est inférieure à 1 %. À Toulouse, le prix moyen du m² est de 2500 €, pour une baisse de -1,3 %. Par contre, en montant plus au centre, les chutes des prix de l’immobilier sont très importantes. À Poitiers, par exemple, le prix médian du m² a baissé de -7,4 %.

Des diminutions très prononcées dans le Sud-Est

C’est dans la partie Sud-Est de l’Hexagone que les prix de l’immobilier ont le plus baissé. Saint-Étienne bat tous les records, pour ce qui est du prix du m², avec une diminution de -10,9 %. Actuellement, le prix médian du m² y est de 1100 €. À Nîmes, le tarif moyen des maisons a baissé de -12,7 %. Lyon et Montpellier ont été les seules villes qui ont été, plus ou moins, épargnées par cette chute des prix. Le tarif médian du m² y est respectivement de 3280 € ( -1 %) et de 2770 € (-1,7 %)

Régions Nord-Est et Nord

Nancy a vu une importante baisse du prix médian du m², avec une diminution de -3,1 %. Il en est de même pour Metz avec -2,7 %. Strasbourg n’a fait chuter ses prix que de -1,5 %. Dans le Nord, les prix n’ont pas beaucoup changé. En effet, à Lille le prix moyen du m² n’a diminué que de 0,9 %. Il s’élève donc actuellement à 3180 €.

On peut déplorer une tendance à la baisse dans la plupart des villes de France. Si cela peut sembler négatif pour les vendeurs, les acheteurs, eux, ont un tout autre avis.

 

 

Article similaire

Les commentaires sont fermés.